La photographie de paysage

 

Jokulsafoss
Selfoss (Islande) - Temps de pose 151 secondes

 

Equipement conseillé :

Les objectifs grand-angle permettent d'avoir une vue d'ensemble sur des paysages étendus.

Le filtre polarisant sature les couleurs et renforce les contrastes, le filtre gris neutre dégradé permet de préserver le ciel d'une surexposition.

Le trépied vous permettra d'affiner votre cadrage et vos réglages et d'avoir un maximum de netteté, surtout si vous effectuez vos prises de vues au soleil levant ou couchant.

La télécommande évitera de légers flous de bouger. A défaut, utilisez la fonction retardateur de votre appareil.

 

Technique & infos pratiques :

Tout d'abord, sachez qu'une belle photo de paysage se mérite...

Bien souvent, il vous faudra au minimum une préparation minutieuse qui fera un photo magnifique et un soupçon de chance qui pourra la transformer en photo exceptionnelle.

 

Le repérage des lieux

Tout commencera par un repérage sur place (pensez éventuellement à la boussole pour noter l'orientation de votre prise de vue et définir ultérieurement l'azimut du soleil) avec appareil en main pour réaiser des essais de cadrage ou de manière virtuelle avec Google Earth si vous êtes éloigné de votre lieu de prise de vue.

 

L'éclairage

Comme pour toute photo, les conditions d'éclairage sont primordiales : pour un paysage, la saison et le choix des heures de prise de vue conditionneront l'atmosphère et le relief donné à votre image. Vous pourrez avoir une idée du positionnement du soleil ou de la lune dans le ciel grâce à l'outil The Photographer's Ephemeris. D'une manière générale, les heures privilégiées pour la photographie de paysage sont les heures dorées pour les lumières rasantes et colorées mettent en beauté les reliefs des paysages. L'heure bleue est aussi recherchée mais convient à mon sens plutôt aux photographies de paysages urbains ou aux étendues d'eaux calmes.

 

Les conditions météorologiques

Enfin, viennent les conditions météorologiques. Ces dernières changeront l'atmosphère de votre image selon que le ciel est d'un bleu azur ou chargé de gros nuages menaçants. Les brumes conféreront un côté onirique ou mystérieux. Vous pourrez trouver les prévisions sur les sites de Météofrance ou La chaîne météo.

Informations pratiques

Pour le jour J, assurez vous que votre batterie est pleinement chargée, surtout s'il doit faire froid dehors car sinon votre séance pourrait bien être écourtée. Plus le mercure approche zéro et plus les batteries perdent de leurs performances, ne l'oubliez pas! Si vous disposez d'une batterie de secours, conservez-la au chaud au fond de votre poche pour la préserver du froid...

Dans ce même cas, pensez à bien vous couvrir et notamment prendre des gants fins (par ex. sous-gants de moto en microfibres) pour vous protéger du froid sans pour autant vous entraver dans les réglages de l'appareil.

Assurez-vous aussi d'avoir une lampe torche si vous devez vous rendre sur votre spot avant le lever du soleil ou si vous devez rentrer après le coucher du soleil : cela vous évitera sûrement un accident de type entorse ou fracture et vous aidera à l'installation ou au repli de votre matériel.

Si vous passez du froid au chaud, portez attention aussi à la formation de buée dans l'appareil photo et les objectifs : si vous vous déplacez en voiture, placez votre matériel dans le coffre de la voiture pour commencer à l'acclimater. Si vous revenez d'un shooting en milieu froid, laissez votre sac ouvert et votre appareil en dehors pour évacuer l'humidité et la condensation avant de les ranger.

Si de la pluie est prévue ou que vous vous rendez près d'une chute d'eau, prévoyez une tenue adaptée et de quoi protéger votre matériel. Un sac plastique transparent maintenu par un élastique au niveau de l'objectif ou de son pare-soleil est un moyen de protection très efficace et peu coûteux. Pensez aussi à prendre des chiffonnettes en microfibres pour essuyer régulièrement le filtre de votre objectif.

S'il est prévu de faire grand vent, pensez à prendre un crochet pour suspendre votre sac (ou un lest) à votre trépied pour éviter une chute du matériel et stabiliser le tout pour éviter les flous de bouger. Prenez garde à bien respecter la charge maximale admise par votre trépied pour ne pas l'endommager ou retrouver votre matériel par terre...

 

Composition

La photographie de paysage est soumise aux règles générales de composition développées dans le chapitre Composition.

Les photographies de paysage étant le plus souvent réalisées avec des objectifs grand-angle, le principal écueil est l'absence de point où pourra se fixer le regard. Pensez à intégrer un élément net au premier plan offrant ce point d'accroche et à défaut utilisez les perspectives!

Soyez vigilants à ce que la ligne d'horizon soit de niveau, c'est le minimum pour qu'une photo de paysage soit réussie...

 

Réglages matériel

D'une manière générale, un paysage doit être croustillant de détails. Pour cela, il faut que l'image soit très nette avec une profondeur de champ très étendue : on utilisera donc les ouvertures donnant la quintessence de l'objectif utilisé et un réglage de mise au point à l'hyperfocale.

Après réglage de votre appareil, il faudra aussi que vous preniez le réflexe de contrôler la netteté de l'image sur l'ensemble des plans en zoomant sur l'écran de contrôle de votre appareil afin de ne pas avoir la mauvaise surprise de constater que vos photos sont floues une fois affichées sur grand écran à la maison...

 

L'ouverture

Concernant les valeurs d'ouvertures optimales de vos objectifs en terme de définition, vous pourrez les trouver sur DXO mark

DXO sharpness

 

Retenez que globalement les objectifs sont au top de leurs performances vers f/8. Au delà, vous vous confronterez à la diffraction qui fera perdre de la netteté... En deça, le piqué dans les coins sera moins bon et il pourra apparaître du vignetage aux plus grandes ouvertures.

 

L'hyperfocale

Pour étendre de la manière la plus élevée la profondeur de champ, il faut utiliser le réglage à l'hyperfocale. Après la théorie abordée dans la section Objectifs, voici maintenant la partie pratique...

Les objectifs sont tous pourvus - a minima- d'une bague de mise au point, sur laquelle il y a bien souvent une indication de la distance de mise au point et quelques repères avec des valeurs d'ouverture.

Survolez l'image pour afficher les légendes

Si par exemple vous voulez utiliser cet objectif Nikon AFD 16mm à l'hyperfocale à f/8, réglez l'ouverture à f/8 puis tournez la bague de mise au point pour positionner le signe "infini" en face du repère "8". La distance de mise au point correspond maintenant à la distance hyperfocale, soit environ 1 mètre et le premier plan net sera à environ 60cm de l'objectif. Facile, non ?

Il se peut pourtant que cela ne soit pas si simple à lire avec des objectifs plus récents... Voici l'exemple d'un Nikon AFS 50mm : les seules indications données sont à f/11 et f16!

Dans ce cas, il faut utiliser d'autres méthodes :

Utilisation d'un tableau mémo à imprimer, plastifier et à glisser dans le fourre-tout

Tableau hyperfocales

Pour télécharger en pdf, cliquez droit et enregistrez le fichier Tableau hyperfocales

Pour téléchager en format excel, cliquez droit et enregistrez le Tableur de calcul PDC

 

Utilisation d'une application pour calcul Hyperfocale sur smartphone : Hyperfocal Pro

 

Utilisation du testeur de profondeur de champ

Dans ce cas, régler votre ouverture et cadrez votre prise de vue puis appuyer sur le bouton de test de profondeur de champ (si votre appareil en est équipé). Tout en maintenant le bouton appuyé réglez manuellement votre mise au point de manière à ce que le premier plan et tout ce qui se situe en s'éloignant devienne net. Cette façon de procéder demande un peu d'entraînement car l'obscurcissement du viseur est un peu déroutant et n'aide pas forcément à bien y voir... N'hésitez pas à faire des essais, c'est aussi cela l'avantage du numérique!

 

ASTUCE : Optimiser la mise au point sans obligatoirement être à l'hyperfocale

Avec une focale courte et une ouverture aux alentours de f/8, réglez simplement votre mise au point la zone du premier tiers de la profondeur de votre image, les deux tiers suivants de l'image devraient apparaître nets...

 

Techniques spécifiques pour le paysage

Le HDR

Le HDR signifie High Dynamic Range soit "plage dynamique étendue" : il s'agit d'une technique permettant de pallier à l'incapacité du capteur de saisir l'ensemble des tonalités d'une prise de vue par l'assemblage de plusieurs images saisies avec des réglages d'exposition différents.

Equipement obligatoire :

Equipement conseillé :

Technique :

Comme expliqué ci-dessus, il faut réaliser plusieurs images avec des valeurs d'exposition différentes afin de pouvoir ensuite les assembler par voie logicielle : cela suppose donc que les images soient strictement identiques au niveau du cadrage. Vous l'aurez compris, l'usage du trépied est incontournable.

Il faut ensuite réaliser au minimum trois expositions de la même prise de vue, c'est ce que l'on appelle le bracketing :

Pour déterminer les limites d'exposition:

Pointez le collimateur sur la zone la plus claire de la prise de vue que vous souhaitez, retenez la vitesse d'obturation affichée (par ex. 1/500) puis pointez le sur la zone la plus sombre et retenez la vitesse indiquée (par ex. 1/30).

Le nombre d'EV (Exposure Value) est maintenant le nombre de fois où la vitesse est divisée par 2 entre les deux vitesses d'obturation extrêmes, soit pour cet exemple 4 EV (500=>250=>125=>60=>30).

Remettez votre appareil avec le posemètre en mode matriciel et cadrez votre photo : mettez impérativement la mise au point en mode manuel pour éviter tout décalage de profondeur de champ.

S'il existe un mode "bracketing prises de vue" - généralement repéré BKT- sur votre appareil photo, vous pouvez l'utiliser pour vous simplifier la vie : vous aurez à régler le nombre de prises et les intervalles d'exposition, l'appareil photo fera le reste. En reprenant les valeurs d'exemples ci-dessus, si la vitesse d'obturation indiquée est 1/125, vous devrez effectuer au minimum 3 prises de vue avec un intervalle de 2 EV (1/500 + 1/125 + 1/30) pour avoir l'ensemble des zones correctement exposées.

touche brackteing

Si vous ne diposez pas de cette fonction, passez simplement en mode M : l'ouverture ne doit pas varier pour ne pas perturber la profondeur de champ et par conséquent l'assemblage des images par la suite. Faites les prises de vue aux vitesses d'obturation retenues précédemment.

L'assemblage des différentes images se fait ensuite sur logiciel spécialisé, il est suivi de réglages appelés tone-mapping et des étapes de post-traitement classique.

Mieux que des mots, l'exemple par l'image issue du site Farbspiel Photography

HDR Farbspiel

Le HDR se reconnaît en général assez bien car les couleurs sont généralement éclatantes et de ce fait les rendus font plus volontiers "artificiels".

 

 

Panoramique

Equipement obligatoire :

Equipement conseillé :

rotule panoramique

Rotule panoramique cylindrique Manfrotto

Technique :

La photographie panoramique est une technique de prise de vue permettant l'assemblage de plusieurs photographies pour étendre l'angle de champ d'un objectif.

Il existe plusieurs types de panoramiques :

panorama place saint pierre

Panoramique horizontal 360° de la place Saint Pierre au Vatican

 

Panoramique vertical 180° de la basilique Santa Maria in Aracoeli à Rome

 

mini planete

Crédit : Le p'tit Nicolas - Forum Lumix

 

paris giga pano

Gigapanorama 26 gigapixels de Paris (cliquez sur l'image pour atteindre le lien)

 

Réglages matériel :

Bien que la plupart des logiciels actuels soient capables de corriger les défauts de parallaxe liés à une prise de vue à main levée, le réglage de l'axe de rotation de l'appareil photographique reste le plus important pour la prise de vue panoramique.

Pour que les images puissent s'assembler parfaitement les unes aux autres, l'appareil photographique doit tourner autour d'un point précis situé dans l'objectif : la pupille d'entrée.

Lorsque la rotation ne s'effectue pas autour de ce point, il se crée ce que l'on appelle des défauts de parallaxe qui sont des modifications de la perception du positionnement des objets en fonction du point d'observation. Pour illustrer ce phénomène, tendez votre bras avec votre pouce orienté vers le haut. Fermez un oeil et prenez un point de repère parfaitement aligné avec votre pouce. Tournez légèrement la tête : vous constaterez que l'alignement de votre pouce avec le repère précédemment observé a changé... Répétez l'expérience et au lieu de tourner la tête, faites tourner votre oeil : tout a l'air de rester bien aligné car l'axe de rotation est situé bien plus près de votre iris... CQFD!

La tête panoramique permet de décaler le point de fixation de l'appareil photographique de l'axe du trépied et donc de positionner précisément l'axe de rotation de l'appareil autour de la pupille d'entrée de l'objectif.

Réglage d'une tête panoramique cylindrique : survolez l'image pour afficher les légendes
 

Pour trouver la bonne position de la pupille d'entrée, il y a deux solutions :

Il faut savoir que pour les objectifs à focale fixe la position de la pupille d'entrée sera toujours la même (aux tolérances de fabrication ou réglage demise au point près). Pour les objectifs zoom, il faudra déterminer la distance de la pupille d'entrée pour chaque focale utilisée.

Une fois ces informations en votre possession, vous devrez trouver le lieu qui se prêtera à la réalisation d'un panorama. Vous devrez alors y installer votre trépied muni de la rotule panoramique.

A ce moment précis, vous devrez porter attention à deux choses primordiales :

 

Ensuite, il faudra décider de l'orientation de l'appareil photo (portrait ou paysage) : généralement l'appareil est positionné en mode portrait pour bénéficier d'une hauteur d'image suffisante pour conserver des détails dans l'image finale.

 

A partir de là, vous devrez déterminer l'angle de champ à couvrir pour déterminer le nombre de prises de vue et les réglages d'exposition à effectuer.

Le calcul du nombre théorique de prises de vue s'effectue à l'aide de la formule suivante (vous pouvez aisément vous affranchir de ce calcul fastidieux en commencant par un côté de la scène et en assurant un recouvrement des images d'un tiers).

N = Angle de champ à couvrir / (Angle de champ de l'objectif x 0,7)

Attention toutefois à la valeur de l'angle de champ de l'objectif : le constructeur donne généralement l'angle de champ de la diagonale. Dans le cas d'un positionnement de l'appareil en mode portrait, il faudra prendre l'angle de champ de la "largeur" de l'image. Pour convertir cet angle de champ en celui recherché, il faut utiliser la formule suivante :

Angle de champ recherché = Angle de champ constructeur x (L / Diagonale du capteur)

L étant la dimension du côté impliqué du capteur

Diagonale du capteur = Sqrt (l²+L²)

Pour illustrer ces calculs, prenons l'exemple d'appareil avec un capteur 24x36 muni d'un objectif 35mm monté en mode portrait avec lequel on veut faire un panorama de 140°:

Angle de champ constructeur d'un objectif 35mm = 63°

Largeur capteur = 24mm / Diagonale capteur = 43 mm

Angle de champ recherché = 63 x (24 / 43) = 35°

N = 140 / (35 x 0.7) = 5,68 vues soit 6 vues

 

Il faut ensuite définir les réglages d'exposition. Tout comme pour le HDR, cela s'effectue en balayant la scène à photographier, en repérant la zone la plus exposée et en basant les réglages sur celle-ci. Il faut à tout prix éviter les zones brûlées, quitte à sous-exposer plus largement les autres zones : vous pourrez toujours corriger l'exposition des plus sombres au post-traitement mais ne pourrez jamais récupérer des détails dans une zone brûlée!

Passez en mode M avec les réglages sélectionnés, mettez vous à l'hyperfocale et débrayer l'autofocus puis effectuez vos prises de vues en les chevauchant d'un tiers entre-elles. N'hésitez pas à prendre un peu plus large en cadrage au cas où...

Si vous voulez combiner la technique HDR avec celle du panoramique, effectuez le bracketing à chaque prise de vue.

 

 

La pose longue

Grande roue à Lille - Temps de pose 30 secondes

Equipement obligatoire :

Equipement conseillé :

Technique :

Comme son nom l'indique, la pose longue consiste à exposer "longtemps" le capteur pour des raisons techniques (manque de lumière) ou artistiques.

Cela a notamment pour conséquence de rendre flou tout ce qui est en mouvement, dont voici quelques repères de vitesses d'obturation et effets associés :

Pour réaliser une pose longue, le trépied est indispensable sinon c'est l'intégralité de la photo qui sera floue... Prenez soin d'installer ce dernier sur une surface stable (attention aux vibrations créées par les piétons si vous vous installez sur un pont) et lestez le en cas de vent.

Pour réaliser une pose longue en plein jour ou pour rallonger un temps de pose en cas de faible luminosité, vous aurez obligatoirement besoin d'un filtre de type ND. Je vous invite à rejoindre le chapitre sur les filtres si vous avez besoin de plus d'informations sur ceux-ci.

 

Réglages matériel :

Prendre une photo en pose longue n'est pas forcément chose aisée et demande un peu de méthode... En effet, si vous utilisez un filtre de type ND1000, vous vous apercevrez rapidement qu'une fois le filtre installé sur l'objectif, on ne voit plus rien dans le viseur de l'appareil! De la même manière, le posemètre et le module autofocus de l'appareil seront complètement perdus...

Pour pallier à ces inconvénients, il faut bien préparer sa prise de vue avant d'installer le filtre.

  1. Réglez votre appareil photo à sa sensibilité nominale et débrayez la fonction "ISO Auto" s'il en est équipé. Activez la fonction de "réduction du bruit". Si votre appareil a une fonction "temporisation miroir levé", utilisez la pour avoir des résultats optimaux en termes de netteté.
  2. Installez l'appareil sur le trépied et cadrez la scène à photographier
  3. Effectuez la mise au point et débrayez l'autofocus.
  4. Passez en mode M, fixez l'ouverture et ajustez le temps de pose.
  5. Recalculez le temps de pose en fonction du filtre que vous comptez utiliser : faire appel à une calculatrice, une application smartphone ou plus simplement un tableau de conversion que vous aurez imprimé, plastifié et logé dans votre fourre-tout.
  6. Réglez votre vitesse d'obturation en mode M si celui-ci vous le permet sinon passez en mode B ou T avec l'utilisation d'un chronomètre.
  7. Installez le filtre en prenant soin de ne pas modifier la mise au point puis bouchonnez l'oeilleton du viseur pour éviter les lumières parasites.
  8. Déclenchez à la télécommande si vous en avez une, sinon utilisez le retardateur.

Vous devrez probablement itérer les prises de vue pour obtenir le bon résultat car les densités de filtres et performances des capteurs feront que les paramètres théoriques ne resteront qu'une première approche...